Confidentialité des données

L’enquête « Trajectoires et Origines 2 » est une enquête de statistique publique. Les réponses à l’enquête sont protégées par le secret statistique. Toutes les personnes ayant accès aux données collectées (enquêteur·trice·s, statisticien·ne·s, chercheur·se·s autorisé·e·s) sont astreintes au secret statistique.

L’Insee et l’Ined, responsables du traitement, prennent toutes les mesures nécessaires à la préservation des droits des personnes concernées.

La législation en vigueur est très stricte en France. Conformément à la loi du 7 juin 1951 sur l’obligation, la coordination et le secret en matière statistique, l’Ined et l’Insee ne peuvent communiquer à quiconque les renseignements individuels obtenus lors d’une enquête statistique.

Identification directe des personnes

L’enquête « Trajectoires et Origines 2 » est une enquête « individu », c’est-à-dire qu’elle interroge des personnes en particulier, tirées au sort dans la population vivant en France métropolitaine. La collecte de données auprès des enquêté·e·s impose de connaître leur nom et leur adresse, le temps de la collecte.

Les enquêteur·trice·s se présentent au domicile des personnes tirées au sort, munis d’une « fiche-adresse » papier (qui contient le nom et l’adresse de la personne).

Pour autant, les données recueillies sur les enquêté·e·s sont strictement anonymes et confidentielles. La méthode retenue pour administrer le questionnaire (en face-à-face, assisté par ordinateur) permet de dissocier les noms, prénoms et coordonnées des personnes interrogées, de leurs réponses. Les noms et adresses des personnes interviewées sont supprimés des bases de données utilisées ensuite pour les analyses.

Une fois la collecte terminée, les fiches-adresse qui ont servi aux enquêteur·trice·s sont détruites. Les noms des enquêté·e·s n’apparaissent plus nulle part et ne peuvent pas être associés aux informations recueillies dans le questionnaire.

Identification indirecte des personnes

Les réponses au questionnaire sont ensuite traitées pour empêcher toute identification indirecte et préserver l’anonymat des personnes.

En effet, le recoupement des différentes informations contenues dans les bases de données ne doit pas permettre l’identification d’une personne. Seraient considérées comme indirectement nominatives des informations (comme l’âge, la ville de résidence, la profession, le sexe, etc.) si leur recoupement permettait d’identifier quelqu’un. Par exemple, la mention du département de résidence et de la profession « préfet » permettent immédiatement d’identifier une personne physique car il n’y a qu’un seul préfet par département. Pour éviter une identification aussi facile et protéger les personnes, les informations recueillies sur les professions doivent faire l’objet de regroupements qui empêchent l’identification directe (cela suppose par exemple d’avoir des effectifs d’individus suffisamment importants dans chaque catégorie).

L’enquête donne donc lieu à la construction d’un fichier de données strictement anonymes : les noms et les adresses ne figurent pas dans les fichiers informatiques et il est impossible de retrouver les individus à partir de ces fichiers.

Droit d’accès des enquêté·e·s

Seuls l’Insee et l’Ined sont dépositaires, pour une durée limitée dans le temps, des fichiers permettant d’identifier les personnes interrogées. L’existence même de ces fichiers permet aux enquêté·e·s d’exercer leur droit d’accès et de modification des données personnelles, comme l’exige le Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Les personnes enquêtées peuvent exercer un droit d’accès, de rectification, d’effacement ou de limitation de traitement pour les données les concernant pendant la période de conservation des données d’identification. Ces droits peuvent être exercés auprès de l’Ined et de l’Insee :

  • Pour l’Ined

dpo@ined.fr

La déléguée à la protection des données (DPD)

Institut national d’études démographiques

133, boulevard Davout

75980 Paris cedex 20

  •  Pour l’Insee

contact-rgpd@insee.fr

INSEE – Unité des Affaires juridiques et contentieuses

88 Avenue de Verdier – CS 70058

92541 MONTROUGE CEDEX

        ou

le-delegue-a-la-protection-des-donnees-personnelles@finances.gouv.fr

Le Délégué à la protection des données des ministères économique et financier Délégation aux Systèmes d’Information

139, rue de Bercy Télédoc 322

75572 PARIS CEDEX 12

 

Vous pouvez également introduire une réclamation auprès de la Cnil.

Données sensibles

Au sens de la loi informatique et libertés de 1978 modifiée, les données sensibles sont toutes les données qui portent sur l’origine raciale ou ethnique, les opinions politiques, les convictions religieuses, philosophiques ou l’appartenance syndicale, ainsi que les données génétiques, biométriques, concernant la santé, la vie sexuelle ou l’orientation sexuelle d’une personne physique.

Le traitement des données sensibles est très encadré par la loi informatique et libertés. Le texte de loi autorise la statistique publique et les chercheur·se·s à recueillir et conserver des données sensibles dans des conditions précisées par la loi (accord des personnes et respect de la confidentialité).

Précautions prises pour TeO2

L’Insee et l’Ined ont sollicité et obtenu de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) une autorisation pour effectuer ce traitement de données sensibles, à des fins de recherche scientifique ou historique et de statistique publique.